« MILLE »

L’idée ici, est de représenter « mille personnes », et ce, par modules de 10, au nombre de cent. (Cliquer sur l’image pour agrandir.)

Les personnages sont au 1/100e, en résine blanche moulée (chaque individu mesure donc environ 18 mm) ; collés sur des bases carrées en plexiglas teinté dans la masse de 50 x 50 x 20 mm.

L’intérêt de présenter ces « Mille » en modules est de pouvoir représenter tout nombre de personnes par palier de 10, jusqu’à mille :

Ci-dessous, 50 personnes.

 

 

Vue zénitale :

 

 

D’un angle :

 

 

On peut faire varier, dans une perspective ludique, les interactions entre les personnages, puisque chaque module est indépendant et peut être placé de manière à former de nouvelles combinaisons. On notera le socle, en plexiglas également, de 50,2 x 50,2 cm, hors bords.

 

 

Quelques vues :

 

 

 

 

L’oeuvre est présentée dans une boîte en bois aggloméré MDF, protégeant les mille sujets de la poussière et des nuisances extérieures possibles. Une option différente, avec un couvercle transparent coiffant le plateau des Mille, en plexi, est envisageable.

 

 

 

 

« MILLE », Prix : 3600 euros, édition de 5 + 1 E.O.

 

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Observations

Notre première approche d’une représentation de nombres s’est donc faite autour du nombre cent. Outre qu’il symbolise le « CENT » rue de Charenton, ce nombre est pratique pour plusieurs raisons. D’abord il peut être considéré comme un module (100, centaines, milliers, etc.), ce qui permet une exploitation graphique et perceptive plus aisée (pour la suite).

Il est avéré que selon la variabilité des paramètres de représentation (taille, disposition spatiale, formes, couleurs, etc.), la perception du nombre cent est « vécue » différemment par l’observateur.
Lors de la dernière réunion du groupe, j’avais soumis une vingtaine de planches représentant toutes cent éléments (clause non dévoilée), à raison de 20 sec chacune, successivement, en demandant d’écrire le nombre perçu (sachant fort bien que 20 sec n’était pas suffisantes pour pouvoir compter les éléments). L’écart de perception va de « 84 » à « 115 » (!)

Ce qui avoisine 100, et montre que le cerveau se laisse facilement berner. Mais comme les participants étaient au fait qu’on travaillait « autour du nombre cent », cette information les a influencés (ils se doutaient bien qu’on était très proche de cent, voire que c’était un « piège » et que, peut-être, toutes les planches comptaient cent éléments…)

J’ai donc refait l’expérience avec une dizaine de personnes totalement neutres, pas au courant du tout du « travail sur le nombre cent », et là l’écart s’agrandit : de « 75 » à « environ 200 » (pour des planches  représentant toujours cent éléments chacune).

Il n’y a qu’une approche scientifique, avec une méthodologie précise, analytique, mettant en oeuvre des outils de mesure ad’hoc, qui permettrait de tirer des conclusions réellement significatives. Outre qu’il faudrait pouvoir disposer d’un panel de « testeurs » plus important. Seul un laboratoire étudiant la physiologie de la perception pourrait être à même de délivrer des clés fiables, reproductibles.

Disons qu’intuitivement, on peut néanmoins tirer quelques enseignements de cette première phase « sensible », en se fiant au « ressenti » commun. Par exemple que :

Le nuage de points est plus difficile à appréhender que la grille ou les groupes.

La distribution aléatoire sur l’ensemble de la surface  génère une impression quantitative plus importante qu’une distribution « éloignée » – qui laisse beaucoup de vide.

En revanche, la diminution de la taille des points n’entraîne pas de perception numérique sensiblement différente.

Le cerveau tend à chercher des « régularités » et des « similitudes » pour essayer de compter, ainsi les grilles (et leurs dérivés) donnent-elles les meilleurs résultats pour l’appréhension du nombre (par calcul mental facilité)

Les objets a forte charge sémantique individuelle tendent à minimiser la quantité perçue.

… d’autant plus quand le groupe définit une image sous-jacente claire.

La perception de premier niveau (une image qui s’impose et qui a un sens) influe considérablement sur l’effort perceptif nécessaire au dénombrement.

De façon générale, toute disposition représentant une image tend à rendre plus difficile la perception du nombre au profit de l’émotion due à l’image. Comme si cette image parasitait ou « vampirisait » la perception du dénombrement.

Par ailleurs, une image de fond – voire une simple couleur –, tend à ajouter, par association d’idée, une dimension cognitive à la représentation des éléments.

Suite des images bientôt, en pdf téléchargeable.

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

20 planches

CLIQUER sur les images pour agrandir.

Ex :AGIM (Aléatoire – Géométrique – Identique – Monochrome)

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Paramètres et variables

Pour étudier les représentations possibles (graphiques, plastiques) d’un nombre d’unités — ici cent — sur une surface ou dans un volume, il faut établir la liste des paramètres mis en jeu. Sachant que tout paramètre influera assurément sur la perception de l’ensemble (sémantique sous-jacente). C’est ce que nous allons expérimenter dans la première phase de l’atelier.

A) Caractéristiques du support (ou du « contenant ») — en deux ou trois dimensions. Pour le moment il s’agit de planches pour un livre, donc la représentation à deux dimensions nous occupera dans un premier temps.

B) Caractéristiques des éléments unité.

Disposition des unités (~8 variables) :

Aléatoire (pur ou avec attracteur > groupe(s))
Dessiné (ligne ouvertes ou fermées/géométriques)
Grille (x,y ; régulière ou non)
Mixte

Forme des unités (~4 variables min.):

Géométrique (points, polygones, traits, etc.)
Aléatoire (forme indéfinie)
Image (sémantique immédiate)

Taille des unités (2 variables) :

Identique inter-unités
Non-identiques inter-unités

Couleur des unités (2 variables min.) :

Monochrome
Polychrome inter-unités
(avec variables de contraste et de saturation)


Nous constatons d’ores et déjà que les combinaisons sont nombreuses (ici ~128), en terme de possibilités de représentation.

AGIM (Aléatoire-Géométrique-Identique-Monochrome)

CLIQUER pour agrandir.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Autour d’un thé

Prise de contact tout à fait chaleureux vendredi 21 dernier avec les inscrits à l’atelier HYPERPLASTIC  — qui sera composé pour l’instant de Mesdames : Anne Gourier, décoratrice-peintre, Anne-Marie Matthys, peintre, Anne Stansal, galeriste, Gwen Lifchitz, peintre-plasticienne. Toutes quatre travaillent au CENT de manière régulière.  Nous avons discuté autour d’une tasse de thé, dans le lumineux patio du deuxième étage. J’ai présenté brièvement le projet SIX MILLIONS à deux d’entre elles qui ne le connaissaient pas. Été très touché par leur vif intérêt et leurs encouragements. Une proximité où pointe facilement l’émotion, ça fait du bien en ces temps de « contacts à distance ».  (Nous avons évoqué par ailleurs la difficulté que représente une visite des camps (Auschwitz ou autre) dans le cadre d’une « visite organisée » : le temps a passé, les attentes ne sont pas  forcément les mêmes pour les participants (jeunes et moins jeunes), les intérêts non plus, et il est parfois pénible pour les personnes disons très concernées, de se trouver confrontées à ce « décalage ». En fait, il est souvent préférable de s’y rendre seul, en tout cas de façon autonome.) C’était une parenthèse.

Nous nous revoyons dans quelque deux semaines (date à fixer) pour la première approche sur la représentation du nombre cent. Que va-t-il en sortir ? Sera-ce intéressant cette histoire de perception ? Je ne sais pas : il faut essayer.

NLR

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Une plateforme d’échanges

Bonjour à tous, et bienvenue.

Plasticien en résidence au CENT durant l’année 2010, j’ai créé ce blog sur le STAT’ART (voir « définitions » ci-dessus) afin d’échanger des idées, des informations, créer une synergie autour de ce nouveau concept artistique et sociétal. Toute remarque, critique, apport quel qu’il soit seront étudiés avec la plus grande attention. Je vous demanderai juste d’être constructif dans les commentaires. Par avance merci de votre intérêt, de votre participation éventuelle, et j’espère à bientôt.

Nicolaï Lo Russo

15 Commentaires

Classé dans Uncategorized